Montréal Safari – Mikael Theimer

Accueil / Exposition / Montréal Safari – Mikael Theimer
Montréal Safari
Mikaël Theimer

Présentée en novembre et décembre 2018
Centre de créativité Le Gesu

La photographie de rue, ou street photography, existe depuis 1876 alors que John Thomson réalise les premières images de ce qui allait devenir une branche emblématique de la représentation par l’image. Au confluant de la démarche documentaire, journalistique et sociale, la photographie de rue cherche depuis plus d’un siècle à saisir les traces de la présence humaine dans les lieux publics tels que les rues, terrasses de café, parcs, plages et autres endroits emblématiques de son urbanité.

Le photographe Mikaël Theimer arpente depuis 2014 les rues de Montréal à la recherche de visages et d’histoires à partager. Ses projets l’ont mené sur les tarmacs en partance pour le Groenland, l’ont fait rencontrer artistes, passants, enfants, anonymes et ministres, lui ont permis de témoigner des difficultés des individus et de leurs accomplissements, le tout à travers le kaléidoscope de ses lentilles.

L’exposition Montréal Safari présente des extraits choisis du livre-photo éponyme, recueil contenant quelques 1500 photographies capturées au cours des 4 dernières années lors des pérégrinations du photographe dans la métropole. L’exposition et le livre se veulent l’incarnation photographique d’un safari urbain, animé par la volonté de plonger le spectateur au cœur de la vie montréalaise et ainsi l’emmener à la rencontre de ses habitants.

Pour le photographe, il s’agit à la fois d’un projet très personnel, puisque chaque image est un moment partagé avec la personne photographiée, mais aussi d’un corpus collectif qui appartient aux habitants et visiteurs du territoire montréalais, puisque c’est sur eux que sa lentille a toujours été braquée à la recherche de fragments de vie.

Dans la foulée de Robert Frank, la photographie de rue telle que pratiquée par Mikaël Theimer, tourne aussi son objectif vers les contre-cultures afin de donner une voix à ceux qui sont marginalisés dans notre vision de la collectivité actuelle.  La constance, la rigueur et la créativité liées à sa volonté de proposer un autre regard sur les personnes en situation d’itinérance habitant la ville rejoignent notre conception de la photographie comme vecteur de changement social positif.

Ainsi, Maison Photo Montréal utilise une partie des profits des ventes de photos exposées afin d’offrir gratuitement des ateliers de photographie aux membres du Parrainage civique de l’Est de l’île de Montréal (PCEIM), un organisme qui favorise l’inclusion et la participation sociale des personnes vivant une problématique de santé mentale, notamment par le biais de la mixité citoyenne.

« Ce n’est pas tant la photographie que j’aime, ce sont les choses que je photographie, les gens que mon appareil me permet de rencontrer, les endroits où il me conduit, les situations dans lesquelles il me place, les histoires qu’il découvre. Il me connecte au monde et à ses habitants, et me permet d’ouvrir des portes sur des univers généralement clos. Je ne me vois donc pas comme un créateur d’images, mais plutôt comme un « figeur » d’instants : mes seuls outils sont mon appareil photo, ma lentille 35mm, et la lumière naturelle. Mon sujet, au sens large, est la condition humaine. Mon appareil photo m’accompagne partout où je vais, il me force à garder les yeux, l’esprit, et le cœur ouverts. Et par mes images, j’espère ouvrir ceux de ceux qui les regardent.. » – Mikaël Theimer, photographe

Mikaël Theimer

Né à Paris, Mikaël s’installe à Montréal en 2008.  Après quatre années dans le monde de la publicité, il se réinvente photographe afin de répondre à une quête de sens, d’humanité et de liberté.  S’inspirant du blogue Humans of New York, il co-créé le projet Portraits de/of Montréal très populaire sur les réseaux sociaux et qui a fait l’objet d’une publication ayant le même nom aux éditions Guy Saint-Jean.  Dans le cadre du 375e anniversaire de Montréal, il signe avec Jacques Nadeau les images de l’exposition et de la publication Aime comme Montréal.  Mikaël travaille également comme photographe pour plusieurs organismes communautaires et ONG d’ici et d’ailleurs.

www.mikaeltheimer.com

Articles recommandés
Contact